Si vous êtes enceinte et que vous vous posez des questions sur la paternité de votre bébé qui grandit, vous vous interrogez peut-être sur vos options. Devez-vous attendre toute votre grossesse avant de pouvoir déterminer le père de votre bébé ?

Bien qu’un test de paternité post-partum soit une option, il existe également des tests qui peuvent être effectués pendant que vous êtes encore enceinte.

Les tests ADN peuvent être réalisés dès la neuvième semaine de grossesse. Les progrès technologiques signifient qu’il y a peu de risques pour la maman ou le bébé. Si établir la paternité est quelque chose que vous devez faire, voici ce que vous devez savoir sur la réalisation d’un test de paternité pendant votre grossesse. Vérifiez sur ce site web pour plus d’informations sur le test paternité.

 

Test de paternité : Quelles sont mes options ?

Les tests de paternité peuvent être effectués durant ou après une grossesse. Les tests postnatals, ou ceux effectués après la naissance d’un bébé, peuvent être réalisés par un prélèvement du cordon ombilical après l’accouchement. Ils peuvent par ailleurs être réalisés par un prélèvement de joue ou de sang effectué dans un laboratoire après que le bébé a quitté l’hôpital.

Attendre d’établir la paternité jusqu’à l’accouchement, tout en assurant des résultats précis, peut être difficile pour vous et le père présumé. Il existe plusieurs tests de paternité qui peuvent être effectués pendant la grossesse.

 

Paternité prénatale non invasive (NIPP)

Ce test non invasif est le moyen le plus précis d’établir la paternité durant la grossesse. Il consiste à prélever un échantillon de sang du père présumé et de la mère pour effectuer une analyse des cellules fœtales. Un profil génétique compare les cellules fœtales présentes dans le sang de la mère à celles du père présumé. Le résultat est précis à plus de 99 %. Le test peut aussi être effectué après la 8e semaine de grossesse.

 

Amniocentèse

Entre les 14e et 20e semaines de votre grossesse, un test d’amniocentèse peut être effectué. Généralement, ce test de diagnostic invasif est utilisé pour détecter les anomalies du tube neural, les anomalies chromosomiques et les troubles génétiques.

Votre médecin utilisera une aiguille longue et fine pour prélever un échantillon de liquide amniotique dans votre utérus à travers votre abdomen. L’ADN prélevé sera comparé à un échantillon d’ADN du père potentiel. Les résultats sont précis à 99 % pour établir la paternité.
L’amniocentèse comporte un petit risque de fausse couche, qui peut être causé par un travail prématuré, la rupture des eaux ou une infection.

Les effets secondaires de cette procédure peuvent inclure :

  • des saignements vaginaux ;
  • des crampes ;
  • des fuites de liquide amniotique ;
  • des irritations autour du site d’injection.

Vous aurez besoin du consentement de votre médecin pour faire réaliser une amniocentèse uniquement dans le but de faire un test de paternité.

 

Prélèvement de villosités coronaires (CVS)

Ce test de diagnostic invasif utilise également une fine aiguille ou un tube. Votre médecin l’insérera dans votre vagin et à travers le col de l’utérus. En utilisant l’échographie comme guide, votre médecin utilisera l’aiguille ou le tube pour recueillir les villosités choriales, de petits morceaux de tissu qui sont attachés à la paroi utérine.

Ce tissu peut établir la paternité, car les villosités choriales et votre bébé en croissance ont le même patrimoine génétique. L’échantillon prélevé par CVS sera comparé à l’ADN recueilli auprès du père présumé. Le taux de précision est de 99 %.

Un CVS peut être réalisé entre les semaines 10 et 13 de votre grossesse. Vous aurez besoin du consentement d’un médecin lorsqu’il est fait pour établir la paternité. Comme l’amniocentèse, il est généralement utilisé pour détecter les anomalies chromosomiques et autres troubles génétiques. Malheureusement, 1 procédure CVS sur 100 entraînera une fausse couche.

Categories: Actualités